Technopol implante sa première antenne régionale en Nouvelle-Aquitaine

L’association Technopol, engagée depuis 1996 dans la reconnaissance et la valorisation des musiques électroniques, a annoncé la création de sa première antenne régionale en Nouvelle-Aquitaine. Le président de l’association Tommy Vaudecrane et les référents de l’implantation de l’antenne Kevin Ringeval et Ziggy Hugot ont donné une conférence de presse à Bordeaux le 20 octobre 2020. Nous y étions présents, compte-rendu.

Pour donner un bref contexte sur l’état des musiques électroniques en France, il est à noter que l’esthétique est entrée dans le corpus des musiques actuelles depuis 1998 sous l’impulsion de la Commission Nationale des Musiques Actuelles. Les musiques électroniques sont écoutées par 30% des jeunes de 18 à 25 ans et représentent 40% du résultat de la musique française à l’export.

Technopol se voit comme un réseau qui représente les différents types d’expression et les différents métiers qui composent les musiques électroniques en tant qu’esthétique culturelle.

« L’avenir est dans les territoires »

C’est la maxime qui préside à la volonté du réseau Technopol de s’implanter sur le territoire, après avoir mené le chantier de la légitimation de l’esthétique auprès des partenaires publics. Dans un contexte de crise sans précédent pour le secteur culturel, les acteurs des musiques électroniques orientent leur réflexion sur l’avenir de la pratique de ce champ culturel. Notamment, la responsabilisation de la scène sur les enjeux écologiques en développant des circuits-courts artistiques pourrait créer un cercle vertueux entre le développement de nouveaux artistes et de nouvelles structures.

Une implantation autour de quatre axes prioritaires

Le projet d’implantation de l’antenne de Technopol s’articule autour de quatre chantiers prioritaires identifiés par l’association en Nouvelle-Aquitaine:
créer de l’interconnaissance entre les acteurs régionaux afin de permettre la mutualisation d’idées, de compétences, de matériel,
– récolter et recenser les problématiques spécifiques aux musiques électroniques sur les territoires,
organiser le repérage de talents dans l’optique de la mise en place de circuits-courts artistiques,
défendre les intérêts de la nuit auprès des collectivités territoriales et des préfectures.

L’initiative de Technopol s’inscrit dans une démarche de co-construction avec les acteurs régionaux des actions qui doivent permettre au milieu des musiques électroniques néo-aquitain de monter en professionnalisation et de pérenniser son existence.

Crédit photo : Julie Bruhier

[COLLAB] MIAOU RECORDS x HOOP’ FESTIVAL = MIAHOOP’


Le label bordelais Miaou Records et l’association Wild du Hoop’ Festival s’associent pour créer et proposer un nouveau projet dans la capitale girondine : l’événement MIAHOOP’ !

Après deux ans de collaboration…

Il était temps de donner naissance à leur enfant commun : le Miahoop’, nouvelle occasion de promouvoir les projets et actions respectives du label et du festival, à travers une programmation pluridisciplinaire originale : concerts, dj-set, performance de danse, expositions… L’objectif du Miahoop’ est donc de rassembler deux structures différentes dans la co-création d’un rendez-vous annuel, et ainsi pérenniser ce partenariat artistique sur le long terme. L’union fait la force, d’autant plus quand les individus partagent les mêmes convictions !


Quoi de mieux pouvait s’opérer qu’un rapprochement entre ces deux entités ? Quand à Bordeaux Miaou Records accompagne des groupes émergents aux univers variés (Art Melody, Ua Tea, So Lune, Newton Colours, Titouan) et cherche à développer diverses actions de sensibilisation (soirées, débat, ateliers jeune public, etc) ; en Périgord le Hoop’ Festival en est le reflet sur le plan évènementiel : musiques actuelles, performances artistiques, animations et ateliers participatif ou jeune public… Deux structures qui semblent se retrouver sur ces trois axes : fédérer, concevoir et coopérer.



Deux projets complémentaires

Les deux associations, portées depuis 2015 par deux jeunes entrepreneuses et aux cœurs de métier complémentaires (organisation d’un festival pour le Hoop, production phonographique pour Miaou Records), se rassemblent autour de valeurs fortes et d’un programme de collaboration intense ! Leur but ? Soutenir et valoriser l’art et les musiques actuelles indépendantes à travers la création de différentes actions culturelles en Nouvelle-Aquitaine, dans une approche participative, locale et responsable.



Diverses collaborations sont ainsi déjà prévues pour les 2 prochaines années : ateliers de médiation culturelle, échanges de programmation, d’invitations, collaboration sur des événements, interviews thématiques (notamment pour la série de webdocus Face B par l’équipe de Miaou)… Cette intensification du lien entre les 2 projets permettra de développer l’événementiel des deux associations, de valoriser leurs actions et d’ainsi élargir leur rayonnement !


Restez informés en suivant les réseaux du Hoop’ et de Miaou, et retrouvez-les en avril à la Hoopette du 3 avril et à Pile de Drôles le 17 !