L’association Technopol, engagée depuis 1996 dans la reconnaissance et la valorisation des musiques électroniques, a annoncé la création de sa première antenne régionale en Nouvelle-Aquitaine. Le président de l’association Tommy Vaudecrane et les référents de l’implantation de l’antenne Kevin Ringeval et Ziggy Hugot ont donné une conférence de presse à Bordeaux le 20 octobre 2020. Nous y étions présents, compte-rendu.

Pour donner un bref contexte sur l’état des musiques électroniques en France, il est à noter que l’esthétique est entrée dans le corpus des musiques actuelles depuis 1998 sous l’impulsion de la Commission Nationale des Musiques Actuelles. Les musiques électroniques sont écoutées par 30% des jeunes de 18 à 25 ans et représentent 40% du résultat de la musique française à l’export.

Technopol se voit comme un réseau qui représente les différents types d’expression et les différents métiers qui composent les musiques électroniques en tant qu’esthétique culturelle.

« L’avenir est dans les territoires »

C’est la maxime qui préside à la volonté du réseau Technopol de s’implanter sur le territoire, après avoir mené le chantier de la légitimation de l’esthétique auprès des partenaires publics. Dans un contexte de crise sans précédent pour le secteur culturel, les acteurs des musiques électroniques orientent leur réflexion sur l’avenir de la pratique de ce champ culturel. Notamment, la responsabilisation de la scène sur les enjeux écologiques en développant des circuits-courts artistiques pourrait créer un cercle vertueux entre le développement de nouveaux artistes et de nouvelles structures.

Une implantation autour de quatre axes prioritaires

Le projet d’implantation de l’antenne de Technopol s’articule autour de quatre chantiers prioritaires identifiés par l’association en Nouvelle-Aquitaine:
créer de l’interconnaissance entre les acteurs régionaux afin de permettre la mutualisation d’idées, de compétences, de matériel,
– récolter et recenser les problématiques spécifiques aux musiques électroniques sur les territoires,
organiser le repérage de talents dans l’optique de la mise en place de circuits-courts artistiques,
défendre les intérêts de la nuit auprès des collectivités territoriales et des préfectures.

L’initiative de Technopol s’inscrit dans une démarche de co-construction avec les acteurs régionaux des actions qui doivent permettre au milieu des musiques électroniques néo-aquitain de monter en professionnalisation et de pérenniser son existence.

Crédit photo : Julie Bruhier

Share This