Historique

Un contexte législatif inédit

La loi du 16 janvier 2015, relative à la « délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral » a opéré la fusion des Régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes au sein de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Cette profonde mutation s’inscrit dans un corpus législatif à l’origine d’un bouleversement inédit du contexte territorial et politique de l’écosystème des musiques actuelles, notamment par la loi du 07 août 2015 portant « nouvelle organisation de la République », qui fixe les modalités et les objectifs de l’intervention publique : « La responsabilité en matière culturelle est exercée conjointement par les collectivités territoriales et l’État dans le respect des droits culturels énoncés par la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles du 20 octobre 2005. »

L’opportunité d’une convergence

Au regard de l’opportunité que cela représente pour l’écosystème régional des musiques actuelles et considérant par ailleurs la volonté de la Région Nouvelle-Aquitaine, de l’État et du Centre National des Variétés d’associer le secteur professionnel à la signature du Contrat de Filière « musiques actuelles et variétés » au premier semestre 2017, les acteurs se sont réunis pour concevoir une organisation commune à partir des réseaux et des acteurs existants :

  • la Fédération des éditeurs et producteurs phonographiques indépendants aquitains, créée en 2007, qui rassemblait 32 adhérents et dont l’objectif était la structuration de la filière disque en Aquitaine en relation avec l’ensemble du champ musical,
  • le Pôle régional des musiques actuelles en Poitou-Charentes, créé en 2006, qui rassemblait 24 adhérents et qui avait pour objet d’accompagner la structuration et le développement des musiques actuelles en Poitou-Charentes,
  • le Réseau aquitain des musiques actuelles, créé en 1997, qui rassemblait 32 adhérents, dont quatre personnes physiques salariées de l’association, et dont la mission était d’accompagner la structuration et le développement des musiques actuelles en Aquitaine dans le sens de l’intérêt général et de la responsabilité sociétale, en s’appuyant notamment sur les principes de concertation, de subsidiarité, de solidarité et de coopération,
  • une vingtaine d’acteurs de musiques actuelles du Limousin, non fédérés, ayant une pratique et une habitude de travail en commun sur leur territoire dans le sens de l’intérêt général, de la diversité des initiatives et du développement des musiques actuelles.

Au 31 décembre 2016, la FEPPIA, le PRMA et le RAMA représentaient 99 adhérents, dont 5 salariés. Leur répartition sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine était assez homogène, exception faite du département de la Gironde qui concentre naturellement, au regard de sa population, une quarantaine de structures.

Leurs principales activités était assez similaires, en cohérence avec celles d’un réseau professionnel (représentation, mise en réseau, animation territoriale, prospective, …), auxquelles s’ajoutaient des expertises spécifiques développées au grès des priorités énoncées par leurs adhérents (musique enregistrée, distribution et numérique pour la FEPPIA ; intelligence économique et animation pour le PRMA ; développement économique, développement durable et services civiques pour le RAMA, …).

Leurs équipes regroupaient 15 salariés, dont 4 CDD, pour un total de 11,9 équivalents temps-plein alliant fonctions support (2,8 ETP), chargés de mission (7,8 ETP) et animation de réseau (1,3 ETP)

Ce sont ces héritages, cumulés et repensés dans une démarche globale associant les acteurs musiques actuelles du Limousin, qui font aujourd’hui la richesse et la pertinence du RIM.